Rail Océan


Derrière la gare de l’Est s’étend un océan de rails qui se prolongent et se ramifient jusqu’aux confins de l’Europe. Il a inspiré au collectif MU le projet Rail Océan, un des projets phares de l’édition 2017 de la Nuit Blanche.

Installation-parcours sonore, le projet fait la part belle à 13 duos de compositrices et compositeurs, issus des scènes électroacoustiques, noise, drone et radio art. Deux panoramas sont proposés.

La Jetée, parcours guidé par la fluorescence de l’installation lumineuse, a son point culminant dans la halle Pajol, partie couverte du jardin, s’ouvant sur la « mer de rails ». Chaque auditeur sera libre de déambuler pour trouver son propre point d’écoute; la diffusion sonore, puissante et ciselée, est assurée en Synthèse de Champ Sonore (WFS) Sonic Emotion. Ici, point d’ostentation dans la mise en lumière du lieu; la halle Pajol impose sa majesté et se fait à la fois écrin et témoin des scènes sonores. Les auditeurs peuvent se couler confortablement dans les cliquetis et grincements de rouages mécaniques, rythmes ferroviaires, bribes de voix d’anciens cheminots et nappes musicales, qui évoquent ensemble la mémoire du rail, témoin des nombreuses migrations dont le quartier est toujours l’acteur.

Le second panorama, la Traversée, investit le pont Riquet lequel offre une vue en plongée sur la mer de rails. Eclisse, du nom de la pièce qui unit deux rails, la création sonore de Lucie Bortot et de Simon Pochet s’entremêle aux apparitions lumineuses de l’atelier Craft, pour un transport vers l’ailleurs et l’altérité tout en suggérant la transformation des lieux et des souvenirs.

Atelier Craft

Vers le site du collectif MU

Télécharger le dossier de présentation

Octobre 2017